Habitant un quartier très vert d’Uccle, depuis toute petite j’étais en contact avec la nature, les animaux. Je construisais des camps dans les buissons, dans les arbres, sous la terre. Mon regard était toujours attiré par les fleurs, je les cueillais pour en faire des bouquets. Je me suis constituée mon herbier. Je grimpais dans les arbres. Je déplantais pour replanter dans le jardin de mes parents. Petit à petit j’introduisis des variétés pour la plupart sauvage en fruits, fleurs diverses, bulbes. Je ramenais tous les animaux éclopés, blessés, en quête d’amour…pour qui je construisais des abris, une mare même, j’ai aménagé deux terrariums. Depuis, la nature a toujours été présente, ma tête était emplie de fleurs, de couleurs, de pelouses. En soit, j’avais déjà un jardin dans mon intérieur à moi.

En 1995, on achète un terrain à Zellik. Avant même de commencer les travaux, je ne peux résister à planter quelques arbustes. Dès les travaux de construction terminés, nous entamons l’aventure du jardin. Une fois remblayé pour mettre le terrain un mètre plus haut que le niveau zéro, un semi-remorque de fumure de champignon est livré, on rajoute de la tourbe et je trace d’un seul geste les premières lignes. C’est petit à petit, selon l’inspiration et nos moyens financiers que le jardin a pris forme, parterre après parterre de plus en plus créatifs.

Suite à des difficultés successives rencontrées, un début de dépression s’installe. Je me bats et reprends très vite le dessus. Depuis, à chaque faiblesse, notre jardin me sauvait en créant, en admirant, en touchant. Il me permit d’évacuer des souffrances intérieures.

En 2004, malgré ma force et mon optimisme toujours présent, je m’épuise à donner. L’épuisement s’installant, je décide de mettre ma santé et ma famille en priorité. Je décide de travailler mi-temps. Les enfants absents de la maison, toutes les conditions sont réunies pour faire un petit bilan rapide qui nous amène très vite à décider. Mes instincts sont alors les ressources humaines, la photographie et le jardin. C’est mon mari qui m’a dit, sans devoir se répéter ‘et pourquoi pas le jardin ?’. Il m’a fallu une nuit pour réfléchir à un concept. Le lendemain ma carte de visite était prête. J’allais faire du dépannage pour les personnes en souffrance passagère… Mon approche était la suivante : n’abandonnez pas votre jardin, il est source de bonheur, de détente, de rencontres.

Obtenant de bons résultats, le bouche-à-oreille fonctionne, je suscite ainsi le besoin d’être aidé. Je me suis donc retrouvée à faire des entretiens plus réguliers et de plus en plus fréquents. La créativité refaisant toujours surface, je ne pouvais m’empêcher de proposer de nouvelles choses, un peu de dynamisme et toujours avec l’idée d’aider, de faire plaisir, de faire du bien et où ce n’était pas le cas, je n’étais pas heureuse.

Voyant notre jardin ou entendant mes idées, les clients commencent à me demander de changer des parterres, d’en créer de nouveaux et même d’aménager davantage avec plantations. Recevant ainsi leur confiance, j’avais beau expliquer que je n’étais ni architecte, ni paysagiste, en insistant, j’acceptais timidement d’en réaliser à petite échelle. Sans savoir, je déclenchais leur créativité en faisant que peu de modification, en les encourageant à oser. Heureuse de voir que les idées jaillissent à l’issue de mon passage, simplement en étant à l’écoute, en les impliquant dans le travail, en leur donnant des explications, en communiquant, en partageant mon énergie, en les connectant à la nature, je rentre avec le sentiment d’avoir joué un rôle dans leur bien-être.

Depuis 2004, le désir de partager mes idées, de rencontrer des gens de la même nature, de parler d’une passion, amplifiait. J’organise mon premier Open Garden privé à l’occasion du lancement de mon activité complémentaire avec l’objectif que les visiteurs repartent avec des idées. Succès étant, je renouvelle l’événement les 9 années qui s’en suivirent. Avec l’aide de mon mari et mes deux filles, l’accueil, la bonne humeur, l'organisation sont au coeur d'un moment riche de partages merveilleux.
Un jour, un projet un peu plus fou que les autres me vint à l’esprit en étant couchée sur l’herbe, ce que j’avais dans le sang : créer une piste de pétanque ornementale. Toujours avec le but de partager, je décide de contacter l’émission jardins & loisirs.

En juin 2008, dans des conditions très difficiles, je quitte la société pour laquelle je travaillais depuis 19 ans et continue dans la même fonction d'assistante de direction, toujours mi-temps. Changement de look l'après-midi où je plonge dans ma salopette pour rejoindre une nature qui m'aidait à me reconstruire.

En septembre 2008, Luc Noël vient donc découvrir en avant-première notre piste de pétanque unique par sa forme, emballée de fleurs qui offrait la convivialité, la rencontre, l’amusement. C’est la veille, en réfléchissant à ce que j’allais lui raconter que j’ai fait le point sur ce que j’avais réalisé jusqu’alors, sur ce que j’aimais le plus faire, que j’arrivais à la conclusion qu’il y avait parfois un aspect thérapeutique dans mon approche. Après la réflexologie, la kinésiologie,… pourquoi pas la jardinologie ? Convaincue du potentiel de guérison qui est en nous et des bienfaits du jardin, cette nouvelle thérapie allait faire du bien à beaucoup de gens, avec la différence que ce n'était pas moi la thérapeute mais le jardin qui devait le devenir. J’aimais procurer ce bien-être, je prenais parfois les gens par la main, je les écoutais, je décoinçais des barrières, je leur donnais confiance dans leur jardin. Certains résultats sont même spectaculaires. J’ai donc rajouté le titre de jardinologue en tout petit sur ma carte de visite mais sans en parler, en continuant d’observer les résultats. Simplement, j’acceptais une autre clientèle plus réceptive à ce concept et m’éloignais des simples entretiens sans contacts avec le client.

En septembre 2009, je découvre une formation qui m’émoustille : création de jardins en 4 jours le samedi pour un prix raisonnable. Sans hésiter, je m’inscris ainsi qu’à d’autres formations au centre horticole de Gembloux. L’excitation est grande, enfin mes premières formations ! On n'échappe pas à son destin. C’est le déclenchement. Il faut que je développe un concept, un nouveau métier, j’y crois. Je commence à en parler, les réactions sont très positives. Depuis, les visites, les formations, les rencontres, la lecture se succèdent. La bibliothèque s’agrandit : une cinquantaine de livres choisis avec précaution s’y rajoutent. Les théories se contredisant, je commence mon propre support technique en notant ce qu’il me semble intéressant de transmettre. Je rassemble les coordonnées de contacts à conseiller. Je me constitue un véritable dossier. Je découvre alors à travers deux livres que la thérapie dans les jardins existe. Un premier livre m’interpelle ‘se régénérer par la nature’, j’y découvre noir sur blanc ce que j’avais dans la tête. Il m’amène à un deuxième livre ‘Toucher la terre – jardiner avec ceux qui souffrent’, Anne Ribès, auteur du livre, a créé des jardins thérapeutiques à Paris dans les hôpitaux pour les personnes âgées, les personnes atteintes d’Alzeimer, les autistes…Elle organise des ateliers-fleurs. Je me sens proche d’elle, son histoire ressemble à la mienne. J’y crois de plus en plus, j’ai hâte de commencer mais je me freine pour prendre le temps de visiter, de rencontrer, de lire, je suis avide d’apprendre. Par la même occasion je découvre notre merveilleuse Belgique. Tout s’enchaine, tout confirme qu’il y a un potentiel énorme de gens que je pourrais aider. J’allais pouvoir concilier ma passion de la nature humaine et ma passion de la nature.

Lectrice fan de Femmes d’aujourd’hui, je le dévore dès son arrivée le mercredi de l’édito à l’horoscope. C’est l’édito du 10 mars 2010 signé Anouk, qui me parle, avec comme intitulé ‘le jardinage comme antidépresseur’. Il faut que je lui raconte ! Dans la même journée, je lui adresse un mail pour lui chuchoter le nom que j’avais donné à son titre et lui raconte brièvement l’histoire. Le lendemain, un journaliste du Télémoustique me téléphone. Bien embêtée de déjà en parler, je lui explique en bref ne sachant pas trop par où commencer. Les résultats de la jardinologie sont tellement évidents pour moi qu’il m’est encore difficile d’en parler. Il mentionne mon prénom et fait un clin d’œil au nouveau métier dans son article qu’il terminait d’écrire. Je remercie Anouk . Elle me répond alors :‘veux-tu être ma jardinologue ?’ : ‘Par manque de temps, j’ai un tout petit jardin de ville dont la pelouse mitée est envahie par la mousse, dont la vigne souffre d’oïdium et dont la haie est envahie de mauvaises herbes. Des fleurs ? j’en rêverais.’ Surprise et heureuse d’avoir un tel mail, je réponds d’emblée ‘Si tu n’as pas de fleurs, j’arrive tout de suite’ Mon objectif n’étant pas de faire tout toute seule mais bien de faire en sorte que les personnes prennent leur jardin en mains’ Il s’agissait donc d’enfiler ses gants et au travail ! Anouk, participe activement avec enthousiasme pour tracer les lignes qui allaient en un clin d’œil redynamiser son jardin. Il s’agissait ensuite d’introduire des variétés faciles d’entretien et qui lui offrent le spectacle des feuillages, des fleurs et des parfums. Je lui ai fait respirer le parfum de sa terre, parfum exquis, elle se réconcilie avec sa terre qu’elle m’avait dit être mauvaise. De plus, j’’avais appris par son édito que le sol de nos jardins contient une mycobactérie qui stimule le système immunitaire et augmente le taux de sérotonine, l’hormone du bien-être. Elle découvre les bienfaits de s’occuper de son jardin.

Je continue de travailler sur mon concept, de développer tout en continuant à visiter, à lire, à apprendre. J’écris mon premier exercice en jardinologie. Je découvre alors un livre extraordinaire qui vient de paraître ‘Ces jardins qui nous aident’. Jean-Luc Chavanis a inventé un concept nommé metaNature qui va dans le même sens, implanté à Paris, il s'adresse à des sociétés, aux incarcérés. Il n’y a plus aucun doute, il faut que je me lance. Le contenu de son livre est époustouflant. Certaines phrases sont les mêmes, je n’en reviens pas. Il utilise les mêmes termes. De plus, son livre est agréable à lire, tout paraît si simple. Faut-il encore le transmettre. Il propose également des exercices. Je n’en invente plus, je m'en inspire puisqu’ils vont dans mon sens. Ce livre me plonge à plusieurs reprises dans l’émotion, dans la joie, dans le sentiment d’être comprise. Je n’étais plus seule à avoir inventé un tel concept. Ayant fait des études plus élevées, ses récits sont plus précis, analysés, détaillés et étudiés. Je comprends aussi par ses propos qu’il faudra du temps pour faire passer le message comme toute nouvelle chose.

En conclusion, quelque soit sa taille, il faut profiter de son jardin car il procure émerveillements, surprises, couleurs, parfums, combinaisons, souvenirs, inspirations, rencontres, communication et de manière évidente la santé… Il développe nos sens. S’occuper de son jardin, c’est un peu s’occuper de soi-même, de son jardin intérieur.
Tout le monde a en soi un potentiel de créativité à développer, pour la simple et bonne raison que tout le monde a un jour été un enfant plein de curiosité et de fantaisie. Il faut juste réactiver cette partie de soi, enfouie plus ou moins profondément selon les vécus de chacun. Il ne faut pas viser l’efficacité mais plutôt la satisfaction de la tâche accomplie. Venez le cœur ouvert pour faire vibrer vos sens grâce à la nature.
La jardinologie est avant tout une thérapie de la simplicité, du bien-être mais peut aussi contribuer à la guérison. Le jardin soigne, c’est évident.
La jardinologie s’adresse à tout le monde, aux passionnés ou non de jardin, à ceux qui vont bien comme à ceux abîmés par la vie, à ceux qui ont des difficultés à communiquer….

Il est tellement important de réaliser ses rêves.

Un nouveau projet est lancé en août 2011, celui d'offrir aux enfants du quartier la possibilité de s'exprimer à travers un mini-potager communautaire où ils sont responsables d'une mini-parcelle et dans laquelle on cultive des légumes, des fleurs mais aussi le respect, la patience, le partage, l'esprit d'équipe, la confiance en soi, la créativité, la politesse.... En juin 2012, Luc Noël vient filmer les enfants du potager, ils sont fiers de leurs réalisations, de partager leurs idées. Ils attendent avec une certaine impatiente la diffusion du reportage en 2013, date encore à préciser.

En 2013, cela fait la troisième année que notre jardin est un des 200 jardins ouverts au grand public en collaboration avec 'les jardins ouverts de Belgique - Sous le haut patronage de Sa Majesté La Reine. Cette année le rallye passe par chez nous, nous enregistrons un record de 185 visiteurs.

Après de nouvelles belles rencontres, des conférences, des ateliers, des livres, l'aventure continue et s'affine. Tout se confirme, ma mission est bien de jouer un rôle dans l'épanouissement de l'être humain. Nous sommes nés pour vivre et non pour souffrir. Aujourd'hui, je remercie la vie de toutes mes expériences, quelles qu'elles soient, c'est grâce à elles que j'ai créé ce merveilleux métier, que je suis devenu MOI. De nouvelles portes s'ouvrent, des nouvelles possibilités d'accompagnement, des conférences, un nouveau reportage sur 'Jardins et loisirs', un article dans la Libre Belgique, dans le journal l'Avenir parce que la jardinologie est un métier d'Avenir... 2013 s'annonce positive, lumineuse, prospère, riche en nouvelles rencontres.

Je dévore les livres sur la nature-humaine.. Je commence à donner mes premières consultations à la maison. Je m'empresse de partager mes connaissances, mon enseignement, des expériences, des solutions avec de plus en plus d'écoute, de bienveillance, de respect, de sérénité, de paix pour contribuer à aider les êtres humains à se sauver par la compréhension de leur vraie nature. Tout se confirme plus que jamais. La jardinologie prend désormais tout son sens et prend son envol vers la culture du bien-être dans son jardin et dans son jardin intérieur

 

Accueil

Accompagnement coup de pouce
dans votre jardin

Consultation
coup de pouce
sans jardin


Coup de pouce petite entreprise

Inspiration
Aspects
Témoignages
Agenda

Visite du jardin
Shopping
Clin d'oeil

Tarif