Devenez le jardinier de votre vie

C'est vous qui le dites...

Accueil

Accompagnement coup de pouce
dans votre jardin

Consultation
coup de pouce
sans jardin


Coup de pouce petite entreprise


Aspects
Conférence
Visite du jardin Histoire
Shopping
Clin d'oeil
Tarif

Coup de pouce dans le jardin de Véronique - 2014
« Le Paradis Retrouvé »
Lorsque mon amoureux et moi avons emménagé dans cette maison, tout nous plaisait sauf le jardin. On aurait dit un vieux garçon ex-militaire coincé entre ses bordures rectilignes et les clôtures des deux jardins voisins, toujours vêtu de ternes gris, marron, kaki, ayant perdu toute foi en lui-même et en la vie… Impossible d’en gravir la pente jusqu’à la troisième terrasse où trônait un chêne désenchanté, tant l’énergie qui se dégageait de ce lieu plombait ma joie et me collait aux sandales ! Il faut savoir que la maison avait abrité pendant onze ans mon amoureux et son ex-compagne dans une relation plus que mouvementée, et que cette dernière l’avait occupée seule les six dernières années. Seules traces de son passage : une pelouse tondue, une table et des chaises en plastique pour les soirées BBQ entre potes et le cordon ombilical de son dernier gamin enterré au pied du chêne… Bbbbbrrrrr… Cela me donnait froid dans le dos. Malgré l’acte de copropriété, je me sentais encore étrangère en ce lieu, presque malvenue. Où mettre mes racines alors que l’énergie de la personne précédente était encore omniprésente ? C’est alors que le jardin s’écria « Ici ! ».
Je n’avais jamais eu la main verte : par où commencer ? Mon désir timide de me faire accepter de cette terre inconnue était bien là, mais je ne me sentais pas à la hauteur. C’est alors que j’eus l’idée de demander conseil à Ariane, qui dansait avec moi chaque semaine depuis bientôt deux ans. Elle passa trois fois à la maison. La première fois, elle constata comme moi qu’arriver au fond du jardin équivalait énergétiquement à escalader l’Everest. D’ailleurs, nous n’avons pas réussi à y monter ! Mais la confiance était rendue et dès son départ je commençai à déblayer, à mettre la main à la terre. La seconde fois, il pleuvait mais cela ne nous arrêta pas : nous plantâmes les 3 premières habitantes des lieux : un phlox, un carex et une campanule (seule la campanule a plié bagages depuis lors).
La troisième fois, je ne me souviens plus de ce que nous avons « fait », mais seulement de la joie de pouvoir circuler avec le sourire dans chaque recoin de ce petit jardin, du bonheur d’ « être là », parmi les autres manifestations de l’envie retrouvée, de la Vie revenue.
Cela fait deux ans à présent, et si mon amoureux et moi avons baptisé notre jardin « Le Paradis Retrouvé », ce n’est pas juste une allusion au jardin d’Éden, au paradis perdu des origines… C’est un vécu profond, sincère, d’avoir renoué avec la part de nous la plus vive, la plus belle, la plus indéracinable : notre nature humaine généreuse et aimante. Voilà ce qu’est notre terre intime, à l’image de la Terre Mère : une source de beauté intarissable, une fleur qui n’a rien d’une annuelle et tout d’une vivace ! C’est le regard d’Ariane, sa confiance en la nature, en la nature humaine et au grand amour possible auquel ces deux natures sont promises, qui fait toute la différence.
Merci Ariane pour ce chemin de réconciliation avec la Terre, avec la matière, avec la terre promise de mon corps. Je peux maintenant chanter à tue-tête, au centre du Paradis Retrouvé : Matière, Ma mère, Mater Dei !
Véronique d'Auderghem